Sommaire

Couvrir des parcelles de son potager avec des déchets végétaux non compostés est une pratique alternative de fertilisation du sol. C'est ce qu'on appelle le compostage de surface.

Il présente de nombreux intérêts agronomiques et assure un gain de temps non négligeable pour le jardinier ! Découvrons cette approche en détail.

Compostage de surface : un « compost » frais

Utilité du compostage de surface

Le compostage de surface est une méthode destinée à enrichir le sol du potager, en apportant des matières organiques fraîches. À la différence des méthodes de compostage classique, les déchets végétaux, grossièrement coupés, sont directement déposés à la surface du sol.

Cette technique présente plusieurs avantages :

  • Elle nourrit le sol et améliore sa texture : le sol n'a plus besoin d'être bêché, simplement ameubli à l'aide d'une grelinette par exemple.
  • Elle joue le rôle de paillis, retenant l'eau et limitant ainsi les arrosages et la pousse des mauvaises herbes.
  • Elle favorise le développement de la biodiversité, représentant une source de nourriture pour les habitants du sol.
  • Elle limite les manipulations pour le jardinier : plutôt que de transporter les différents déchets du potager sur un tas de compost éloigné, ils sont laissés sur place.

Compostage au fil des saisons

Le compostage de surface est idéal à l'automne, pour protéger le sol pendant la période hivernale, à condition qu'il ne soit pas de nature argileuse.

Il est ensuite retiré au printemps pour qu'il se réchauffe. En pleine saison, il permet de ne pas laisser à nu les parcelles en attente de culture, ou après récolte.

Compost froid

Comme les déchets ne sont pas mis en tas, il n'y a pas de processus de fermentation avec élévation de température comme on l'observe au sein d'un composteur.

La matière organique n'est pas consommée par les organismes décomposeurs, elle est ainsi entièrement à disposition de la faune et des micro-organismes du sol.

Quels déchets utiliser pour son compostage de surface ?

Les déchets utilisés dans le cadre du compostage de surface sont les mêmes que ceux placés dans le composteur :

  • les déchets de tonte de pelouse ;
  • des feuilles mortes ;
  • des résidus de taille broyés ;
  • les parties de légumes non utilisées : les pieds après récolte (haricots, tomates...), les feuilles abîmées, les fanes, etc. ;
  • les déchets compostables de la cuisine : épluchures, marc de café, coquilles d’œufs, etc.

Dans l'idéal, on cherche à mélanger de façon équilibrée des déchets verts, riches en azote notamment, et des déchets ligneux (bois), pour leur apport en matières carbonées.

Application du compostage de surface

Adapter l'épaisseur du couvert végétal

Il est primordial de ne pas étouffer le sol avec un dépôt de compost trop important :

  • les déchets fins et humides, comme les résidus de tonte, sont disposés en fine couche, de deux centimètres maximum ;
  • les déchets plus grossiers et secs peuvent être placés en quantité plus importante, jusqu'à 10 cm.

Prendre en compte l'aspect esthétique

Disposer d'un jardin productif est l'objectif de tout jardinier, mais la dimension visuelle est également importante : voir des restes de fruits et légumes pourrissant n'est pas forcément très agréable.

Pour éviter ceci, il suffit de les recouvrir d'une fine couche de pailles, de foin, de feuilles mortes... Cette couche externe permet en outre de maintenir un taux d'humidité propice à leur décomposition.

Un potager productif, c'est facile grâce à nos contenus !

  • Téléchargez gratuitement notre guide pratique consacré au compostage et au recyclage.
  • Suivez les conseils de notre fiche pratique pour réaliser un bon paillage.
  • Les feuilles mortes sont très utiles au jardin. Voici différentes manières pour utiliser les feuilles mortes à bon escient.

Aussi dans la rubrique :

Bases du compost

Sommaire

Qu'est-ce que le compostage ?

Compostage